29 septembre 2013

Jasmine à San Francisco

    Pour y être allé cet été, San Francisco est bourré de homeless qui vivent plusieurs vies simultanément. Ils sont là et ailleurs en même temps, vous interpellant comme si vous étiez vous-mêmes un reflet de leur passé. De même, Jasmine à San Francisco est également Jasmine à New-York, avant la chute, avant le Xanax, avant les cuites au Martini Rosso. Dans la rue, en pleine fête, Jasmine dialogue avec les fantômes qui sont dans sa tête, revivant le temps de l’opulence, de la bourgeoisie, d’une vie vitrifiée à Martha’s... [Lire la suite]
Posté par le marmouset à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mai 2013

La Horde Sauvage / The Wild Bunch

“Nous ne sommes que des enfants vieillis qui s’agitent avant de trouver le sommeil.” Lewis Carroll Des enfants vieillis Dans La Horde Sauvage, il y a des tas d’enfants, des enfants spectateurs qui regardent les adultes faire avancer l’histoire. Parfois aussi des enfants déjà acteurs qui sourient avant d’embraser une fourmilière sur laquelle dansent des scorpions. Des enfants innocents et cruels. Cruels car innocents, semble dire Peckinpah. On doit à la religion, puis plus généralement à la culture, d’avoir différencié bien et mal,... [Lire la suite]
Posté par le marmouset à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 mars 2013

Patrick Dewaere, petit-fils de Max Linder

Même visage aux pommettes osseuses. Finesse d’une peau peut-être poreuse – signe des tempéraments hypersensibles. Grands yeux ronds manifestant sans effort la curiosité et l’interrogation. Même besoin d’éprouver et de s’éprouver. D’un mariage compliqué, qui s’abîme dans un suicide, est née Maud, la fille unique de Max. Maud, sans grande originalité, transforma son prénom en Mado pour donner naissance à Patrick. Peu enclin à rendre hommage à son illustre grand-père, Dewaere lui fit un pied de nez en incarnant Fairbanks, le... [Lire la suite]
Posté par le marmouset à 18:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2013

John Cassavetes

Jackson Pollock - Lavender Mist (1950) Cassavetes est le genre de cinéaste dont on se dit : c’est tout ou rien. On s’envoie tout Cassavetes ou on ne s’envoie rien (ou à la rigueur Gloria, film plus que fréquentable). On reluque ça de loin, du fin fond de l’adolescence. On lit les résumés de ses films, que les chroniqueurs des revues télé ont du mal à épaissir. Des synopsis d’une ligne à peine, qui déclenchent des commentaires sans fin. Ça attise la curiosité. Alors on se réserve ça pour plus tard, comme la lecture de Proust ou... [Lire la suite]
31 janvier 2013

La Grande Illusion - Jean Renoir

C’est l’un des titres les plus opaques de l’histoire du cinéma. Gosse, ne connaissant de ce film que sa réputation de chef d’œuvre, je n’arrivais pas à en imaginer le contenu. Tout film est une boîte noire qui suscite la curiosité, mais celui-ci l’a suscitée plus qu’aucun autre. Je ne savais pas alors que son intrigue se déroulait au cours de la première guerre mondiale. Je ne pouvais pas imaginer qu’un film avec une réputation pareille, avec un titre pareil, puisse être ancré dans un contexte historique et porté l’ancre (ou le... [Lire la suite]
Posté par le marmouset à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :